top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurRosa

Edito Rosa "Merry Queermas" - Décembre 2022

Bonjour à vous,



Il y a 2 semaines, j’ai fini de regarder une génialissime série qui m’a totalement bouleversée ! Il s’agit de Pose et c’est l’histoire d’un univers haut en couleur, extravagant, plein de paillettes dans le New York des années 80-90 ! C’est l’ère du luxe de Trump et le début du sida qui fait les ravages. 



La communauté LGBT+ de cette époque souffre déjà, chassé·es par leur famille biologique, rejeté·es par la société, iels se retrouvent dans la rue à dealer ou à faire le trottoir. Mais elle se construit aussi dans les "bals", des concours de beauté impitoyables où ces exclu·es de la société peuvent s'exprimer ; là, tout n'est que lumière, musique, danse, mode et création. L’ère du voguing n’est qu’à ses débuts. Le but de ces bals est d'incarner au mieux le thème du défilé (The category is…). Le temps d'un soir, chacun peut être ce qu’iel le veux : ce cadre sup, cette riche héritière, ce roi, cette reine ou ce top model. Une manière de faire semblant d'intégrer des milieux qui leur sont refusés en raison du genre ou de l'orientation sexuelle. Alors, le lieu foisonne d'idées, d'art et de personnalités aussi puissantes que fragiles. Sur ces bals règnent des dynasties (ou "houses") fabriquées de toutes pièces. Ce sont des familles composées dirigées par des "mères", mentors toutes puissantes. Elles concourent et s'affrontent pour briller parmi les exclu·es. Cette communauté afro et latino-américaine est composée principalement des femmes trans et des hommes gay ! Ce sont les plus belles femmes et les plus beaux hommes que je n’ai jamais vu·e·s !!!



Pourquoi je vous raconte tout ça ? Déjà pour vous donner évidemment envie de regarder Pose (c’est sur Canal+). Mais aussi, parce que la communauté LGBT+ de Pose nous montre la voie de comment faire famille et comment faire famille autrement. C’est très juste et juste beau. Parce ce ne sont pas les liens du sang qui font qu’on est là, dans les moments durs, qu’on est là, quand l’autre membre de la famille en a besoin. Non. Pour faire famille, il faut surtout beaucoup, beaucoup, beaucoup d’amour !!!



Je suis éloignée de ma famille biologique depuis mes 21 ans. Et quand bien même j’entretiens une relation proche avec elle à distance, je sais que j’ai aussi construit une autre famille ici, en France. Ce sont mes ami·e·s et cet édito leur est dédié.



Je finis par cette phrase de Hector Xtravaganza qui résume ma pensée à merveille :  "Le sang ne fait pas la famille, ça c’est les parents. La famille, c’est ceux qui partagent le bon, le mauvais et le moche et s’aiment toujours à la fin. C’est ceux que l’on choisit."



La série Pose fait inévitablement écho au nouveau livre Faire famille autrement de Gabrielle Richard, paru le 15 novembre aux éditions Binge Audio. C’est notre coup de cœur unanime à la librairie. Retrouvez la chronique de Manon plus bas et ne manquez pas la rencontre avec l’autrice le 16 février prochain. Les inscriptions sont déjà ouvertes ! 



Et comme je crois à l’alignement des planètes, en même temps, j’ai eu de la chance de voir la conférence "Décoloniser le dancefloor" de Habibitch au Théatre de la Croix-Rousse. C’était WOW, je ne trouve pas d’autres mots. Je suis sortie avec un cerveau retourné et les neurones en ébullition. Je crois que dans mon parcours de militante féministe, il y aura un avant et un après de ma rencontre avec Habibitch. Maintenant, j’ai, bien sûr, envie de l’inviter à la librairie pour répandre sa parole partout ! Gros coup de cœur sur cet être humain 💜. Si vous avez l’occasion d’écouter sa conférence, courrez-y !


Merci d’être là, merci de me lire, merci pour votre soutien !

Tendres pensées,

Rosa 💜

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page